Electre des bas-fonds
Texte et mise en scène de Simon Abkarian

Nous sommes dans le quartier le plus pauvre d’Argos. C’est le premier jour du printemps, on y célèbre la fête des morts, prostituées, serveuses, esclaves, les femmes se préparent pour le grand soir. Les meilleurs musiciens sont là. La fête va se refermer comme un piège sur Clytemnestre et son amant Egisthe. À force de prières, Électre a fait revenir le frère vengeur, Oreste.
Électre des bas-fonds est conté comme une fable, mais à l’envers. La présence du chœur donne sa puissance aux histoires individuelles. Rock’n’roll et blues sont les poumons du récit. La danse, elle, continue là où s’arrêtent les mots.

Avec 5 nominations aux Molières 2020, ce spectacle est récompensé par 3 victoires : meilleur auteur / meilleure mise-en-scène / meilleur spectacle public de l’année.

Nathalie le Boucher participe à la création de parties dansées.
Elle incarne l’une des coryphées de la danse et joue la choreute (n°3 !) dans le chœur des Troyennes.

Mega Nada
De Bruno de la Salle

Rien-Rien vit seul dans le Grand Néant. Un jour, lui qui pense être tout dans le rien, découvre son ombre. Cette surprenante rencontre provoque le Big-Bang Eclatement et la naissance de deux enfants : Megasi qui dit toujours oui et Méga Nada qui dit toujours non…
Comment notre univers est-il né ? Comment l’humanité y est apparue ? Cette histoire le raconte. Une histoire absolument inclassable, une fantaisie poétique et drôle, pleine de rebondissements, toute en mots, chants et pas de danse.

Assuras ou la guerre des dieux et des démons
Avec John Boswell aux percussions

Le démon-buffle Mahisha fait trembler de ses sabots l’univers tout entier. Le démon-bhasma menace de réduire en poussière tout ce qu’il touche. La démone Putana fait gicler de ses seins son lait empoisonné… Depuis la nuit des temps les démons menacent les trois mondes. Combats, ruses, jeux de séduction… les dieux déploient tous les moyens pour combattre les démons et protèger l’humanité tout entière.

Dans une forme chorégraphique et narrative qui ouvre les frontières entre les genres et les styles artistiques, le duo Nathalie Le Boucher – John Boswell (percussions) revisite trois grands récits de la mythologie indienne et interrogent sur la lutte éternelle entre les forces divines et démoniaques.

Photo de fond tirée du spectacle Electre des bas-fonds
© Antoine Agoudjian